Le bar des Platanes (4)

- Bonjour la compagnie... Bon dia Mme Cléo.
- Bonjour M. Antoine ... Belle journée hein ? Un café, comme d'habitude ?
- César n'est pas là ?
- Je le vois qui arrive. Bonjour, M. César !
- Bonjour tout le monde. Tout va bien ?
- Non. Rien ne va. On s'est fait manger à Paris. Quant à vos protégés, M. César, ce n'est pas mieux. Ils se sont fait avaler à Brutus.
- Morne plaine, mon cher Antoine, morne plaine ! Aujourd'hui, accablés d'amertume, on ne peut même pas se disputer.
- Qu'est-ce qu'on va faire alors ? On parle de quoi ? Du CAC 40 ? de Sarkozy ? De l'alcool au volant ? Du troisième pont qui tue à Perpignan ? De DSK ? De Mme Cléo?
- Et bé non, Antoine! Là-dessus on est d'accord.
- Si nous parlions de la Coupe du monde de rugby ? Vous, le Treiziste, soutenez-vous le XV de France ?
- Évidemment ! Je soutiens toujours la France... Même ses quinzistes. Et même quand ils jouent contre le Japon.
- Je sens poindre une certaine ironie, César. Vous ne vous foutriez pas de notre gueule, à nous les quinzistes ?
- Moi, me foutre de votre gueule ? Vous me connaissez, Antoine. Non, le Nippon est un adversaire redoutable, souple, agile, rapide, rusé, malin, parfois un peu fourbe et expert dans l'art du croche-pied. Ce match est une belle affiche, indécise ! La preuve, c'est TF1 qui retransmet...

(Silence à peine troublé par le bruit du percolateur réchauffant un petit pot de lait)

- César, vous m'énervez. Il faut bien jouer contre quelqu'un, et là, ce sont des Japonais.
- Et pourquoi pas des Malais, des Boliviens ou des Danois, tant que vous y êtes...
- César, vous êtes de mauvaise foi. Ce ne sont quand même pas les Français qui ont choisi de jouer contre les Nippons !
- J'en conviens, mon cher Antoine. N'empêche que la France joue contre le Japon et que cette affiche ne remplirait même pas « Clément-Padrixe », le stade de la JOP. Et la troisième mi-temps, je suppose qu' ils vont la faire aux sushis ? Les pauvres...
- Aux sushis ? Mais c'est infâme, ces trucs... César, finalement vous avez de la chance : jamais le XIII de France ne jouera contre le Japon et donc vous n'aurez jamais à manger des sushis. Vous me direz qu'il ne joue pas contre grand monde. Je vous l'accorde. Et vous, Mme Cléo, vous les aimez, les sushis ?

Interpellée, la blonde tenancière dont le décolleté vertigineux faisait loucher les deux compères, lança : « Quitte à manger étranger, je préfère les croquetas... Ils ne jouent pas en coupe du monde, les Espagnols ? »