Le bar des Platanes

Le bar des Platanes

- Bonjour la compagnie... Bon dia Mme Cléo.
- Bonjour M. César... Belle journée hein ? Un café, comme d'habitude ?
- Comme d'hab. Antoine n'est pas là ?
- Je le vois qui arrive. Bonjour M. Antoine !
- Bonjour tout le monde. Bonjour César. Tout va bien?
- Tout va bien. J'ai fait trois kilos de giroles ce week-end...
- Mmm. J'adore. Avec une côte de veau surtout... Vous avez vu le match samedi?
- Le match ? Quel match ?
- Et bé, les Bleus...
- Ah non, j'ai pas vu. Vous savez j'étais à la montagne. Et là-bas, pas de télé...
- Vous n'avez rien manqué. Pas génial génial.
- Comme d'habitude quoi. Et nos petits Catalans ?
- Ils s'en sont bien sortis. Sauf que Mermoz est à nouveau dans les choux à cause du genou.
- Dans les choux ?
- Et bé oui, blessé !
- Encore ? Mais il est en cristal ce garçon !
- Comment vous contredire... Nous sommes loin de l'avoir gagnée cette coupe du monde !
- C'est clair...

(Silence à peine troublé par le bruit du percolateur réchauffant un petit pot de lait)

- Ça, c'est clair... Si encore elle se jouait à Aimé-Giral... Mais là-bas, au bout du bout du monde ! Dans cette contrée, il n'y a même pas de giroles.
- Croyez-vous ? Et des cèpes, ils en ont ?
- Potser, però no els mengen
- Je comprends donc mieux pourquoi là-bas ils jouent bien au rugby.
- Pourquoi ?
- Eux, ils aiment appuyer sur le champignon, nous, on préfère les manger...
- Et alors ?
- Essayez donc de courir après moultes giroles ou cèpes !
- Ou cèpes ? ça me rappelle quelque chose : « Ou cèpes ! Ou cèpes ! Ou cèpes ! »
- Imbécile ! Vous m'empoisonnez avec vos champignons !