La Supercoupe d'Europe au Barça

Le stade Louis II a été le théâtre hier soir du match de SuperCoupe d’Europe qui opposait le FC Barcelone (Vainqueur de la Ligue des Champions) au FC Porto (Lauréat de l’Europa Ligue).

Devant 18000 spectateurs, le Barça s’est imposé 2 à 0 devant une équipe Portugaise difficile à manœuvrer et qui n’a rendu les armes que dans les derniers instants du match.

Le FC Porto commence le match en faisant un pressing constant sur les défenseurs Catalans, récupérant ainsi quelques bons ballons.
Le premier quart d’heure voit les deux équipes se procurer quelques occasions de buts ; Hulk, l’avant centre de Porto, se montre à son avantage ( 11’ et 24’), mais les Catalans ne restent pas sans réaction.
Pedro (11’) et surtout Xavi d’une belle frappe sous la barre (36’) suite à un centre d’Adriano font trembler les supporters Portugais.
Mais alors que le FC Porto joue tactiquement bien, obligeant les défenseurs du Barça à prendre beaucoup de risques dans leur zone de défense pour relancer, Guarin fait une passe hasardeuse à son gardien (39’), laquelle est interceptée par Messi qui embrouille Helton le gardien Lusitanien et marque ( 1 – 0 ).

La mi-temps est sifflée sur ce score, le FC Barcelone n’a pu asseoir son jeu la faute à trop d’imprécisions et à un FC Porto efficacement positionné sur le terrain : tout est réellement encore possible en deuxième période.

Du reste, ce sont les Portugais qui sont les premiers en action par Moutinho (51’) et Guarin qui d’une frappe dure des 30 mètres au ras du poteau met sérieusement Valdes à contribution (54’).
Mais les Catalans ont maintenant le contrôle du ballon et l’emprise sur le jeu, la tâche devient compliquée pour Porto, même si les Portugais pourront se plaindre d’un pénalty oublié par l’arbitre (79’) sur une faute d’Abidal.
Cependant le rouleau compresseur Catalan continue son œuvre, et Messi d’une superbe passe décisive au-dessus de la défense (87’) sert Fabregas qui amortit de la poitrine et reprend de volée sous la barre ( 2 – 0 ) : La messe est dite !

Les Portugais auront offert une très belle résistance, mais Messi fut encore prépondérant ( un but et une passe décisive) bien qu’encore à cours de compétition d’où son manque de régularité dans le jeu.
Le grand homme du match fut Iniesta qui régala le public de gestes techniques de haut vol et survola cette finale de toute sa maestria.