Exclusif : la RFL bloque pour Carney

Si les Catalans n'ont pas abandonné tout espoir de recruter le demi d'ouverture libéré de sa dernière année de contrat par les Sydney Roosters, ils se heurtent cependant à un problème délicat à résoudre. La Rugby Football League britannique, qui gère la Super League Europe, n'est en effet pas disposée à accueillir sur le sol du Royaume-Uni un joueur ayant eu maille à partir avec la justice d'un pays du Commonwealth, en l'occurrence ici l'Australie.

On se souvient que Todd Carney, évincé quelques mois plus tôt de Canberra Raiders, n'avait pas eu l'autorisation, en 2009, de rejoindre Huddersfield, à cause d'un comportement extra sportif sujet à caution hors des terrains. Le demi d'ouverture international australien ayant rencontré cette saison trois problèmes disciplinaires du même ordre, qui n'ont pourtant entraîné aucune poursuite judiciaire, il est toujours persona non grata, aux yeux de la RFL.

Aucune loi, certes, n'empêcherait les Dragons d'embaucher Carney, mais la Fédération britannique aurait alors tout loisir de lui refuser l'entrée au Royaume-Uni. On voit donc mal le club catalan recruter un joueur qui n'aurait que la possibilité de disputer les matchs en France...

La situation, pour l'heure, est donc figée, et rien ne dit qu'elle évoluera prochainement dans le sens souhaité par les Sang et Or. Même si on se souvient que la RFL, dans un premier temps, avait adopté une ligne de conduite pareillement intransigeante, lorsque Greg Bird, en 2009, était passé de Bradford, où il avait préalablement signé, à... Perpignan. Il n'était alors pas question pour ce dernier - en attente de son procès en Australie - de disputer le moindre match sur le sol britannique. Or, quelque temps plus tard, la RFL avait mis de l'eau dans sa... bière. En sera-t-il de même au sujet de Todd Carney, sachant que ce qui lui est reproché en Australie (des sorties nocturnes non autorisées) n'a pas le même caractère de gravité que ce à quoi Bird était confronté ?
Reste à Carney la possibilité de signer dans un autre club de NRL. Mais il lui faudrait au préalable obtenir l'accord de la NRL. Par la voix de son directeur exécutif, David Gallop, celle-ci n'a pas fermé la porté, jeudi, à une telle éventualité, mais elle l'a assorti d'une condition : "Comme je l'ai déjà dit auparavant, si un club veut le recruter, nous devrons d'abord nous asseoir autour d'une table avec Todd, afin de voir comment éviter, à l'avenir, ses récents écarts de conduite. Nous aurions besoin d'étudier avec lui et son futur employeur quelles garanties ils seraient en mesure d'apporter."
De son côté, David Riolo, l'agent du joueur, a refusé de s'exprimer.