Christian Karembeu : "Le football, outil éducatif"

Invité jeudi à présenter son livre, Kanak, par le Centre Méditerranéen de Littérature et la ville de Perpignan, Christian Karembeu, 40 ans, 53 sélections en équipe de France de football, champion du monde 1998 et champion d'Europe 2000, champion de France avec le FC Nantes et double vainqueur de la Ligue des Champions avec le Real Madrid, a tenu une conférence de presse, en marge de sa rencontre avec les élèves du lycée Maillol.
Christian Karembeu, ambassadeur du GIE Nouvelle-Calédonie Tourisme Point Sud, et de la Fédération Internationale de Football en Océanie, consultant de France Télévision, et membre du Club des Champions de la Paix, une organisation regroupant 54 athlètes de hau niveau oeuvrant pour la construction d'une paix durable grâce au sport, a dégagé l'image d'un homme souriant et concerné par les problèmes liés à l'actualité, pas seulement sportive.

QUELLES ACTIONS MÈNENT LES "CHAMPIONS DE LA PAIX" ?

"L'acheminement de fonds et de matériel dans les pays frappés par des conflits ou des catastrophes."

AVEZ-VOUS DES NOUVELLES DE LA SITUATION EN HAÏTI, DEPUIS VOTRE VISITE DANS CE PAYS EN AOÛT 2010 ?

"Nous avions apporté du matériel de tennis, de football, en relation avec diverses ONG. Une aide de plusieurs millions avait été promise pour la reconstruction du pays, mais c'est, depuis, entre les mains des politiques."

A QUI S'ADRESSE VOTRE OUVRAGE, KANAK ?

"Aux Océaniens, d'abord. Il veut notamment montrer que l'on peut construire, en Nouvelle-Calédonie, après les accords de Matignon." (ndlr : en 1988, ils mettaient fin à quatre ans d'affrontement entre les communautés Kanaks et Caldoches)

QUE VOUS INSPIRE LA SITUATION ACTUELLE DU FC NANTES ?

"Lorsque je suis arrivé, à 17 ans, en provenance de Nouvelle-Calédonie, j'ai été accueilli à bras ouverts. Les entraîneurs m'ont fait confiance, et mes idoles étaient Antoine Kombouaré, le grand frère, Patrice Loko, William Ayache, José Touré. Alors, bien sûr, j'éprouve aujourd'hui de la tristesse."

N'AVEZ-VOUS PAS ÉTÉ TENTÉ PAR UNE CARRIÈRE D'ENTRAÎNEUR, UNE FOIS TERMINÉ VOTRE PARCOURS DE JOUEUR ?

"Etre coach implique beaucoup de dévouement. Moi, après 17 années comme joueur pro, je me suis penché sur l'application des lois du jeu, au sein de la FIFA."

QUE VOUS A APPORTÉ LE SPORT ?

"C'est un bon outil d'éducation, comme la famille. Moi qui étais l'enfant roi, l'aîné d'une famille très nombreuse, j'ai surtout appris que les adultes doivent partager le quotidien avec les plus jeunes, afin de les responsabiliser."

QUE VOUS INSPIRE L'AFFAIRE DES QUOTAS AU SEIN DE LA FFF ?

"Dans un premier temps, j'ai préféré prendre du recul, par rapport à cette histoire. Et je ne me suis exprimé sur ce sujet, que tout récemment. Il est difficile de ramener le football à un vocabulaire. Le football dépasse ces idées. Le football français a été hier influencé par l'immigration italienne, polonaise, portugaise, il faut donc en accepter une nouvelle."

ON A SENTI LES CHAMPIONS DU MONDE 1998 DIVISÉS SUR CETTE QUESTION...

"Je n'ai pas noté de fracture, entre nous, mais simplement des échanges. Lesquels sont indispensables pour échapper à la monotonie. Mais nous évoquerons ce sujet le 11 juin, à l'occasion du jubilé de Joseph Lama, puisque celui-ci sera précédé d'une assemblée générale de France 98."